RSS

L’héritage

30 Sep

Cela fait trois ans, mais la douleur est plus vive qu’hier et  plus éphémère qu’elle ne le sera demain. Jamais je n’aurais cru qu’une aussi grande souffrance frapperait à ma porte. Pourtant, cela arriva bien. « Aujourd’hui, j’ai eu 18 ans, maman, sanglotais-je. Je me souviens encore de ta chevelure corbeau et de tes yeux saphir. Ta peau aussi blanche que la neige me manque. Chaque jour, je te vois en moi et mon cœur meurtri ne peut plus endurer mon reflet. » En tâtant la mince pellicule de cristal formée par mes larmes, je songeai qu’il était peut-être temps de rentrer. Je regarde ma montre: 23:59. Je me dirige vers la sortie et je formule mon  ultime souhait.« Je donnerais tout pour te revoir une dernière fois… » me suis-je dit. Mais, je savais que cela m’était impossible.

Je faisais dos au cimetière quand soudain, un vent infernal s’abattit et une pluie torrentielle fit son entrée. Prise de panique, je courus, mais il était trop tard. Le vent me propulsa vers un arbre. Puis, plus rien. Était-ce ça la mort? Non, je ne pouvais être morte. Une voix insistante faisait écho dans mon crâne « Vraiment tout ? » dit la voix. Je cherchais d’où venait cette voix  et finis par tomber sur une dame drapée d’une cape noire. Je ne pouvais voir son visage. « Es-tu vraiment prête à tout sacrifier  pour un seul moment? » répéta-telle. J’étais secouée, elle me terrifiait, pourtant j’ai dit oui. Un sourire cynique se dessina sur les lèvres de la femme. Avais-je  fait erreur? « Très bien, ton vœu sera exaucé, Astra. » Elle disparut. Je me réveillai, comme à chaque matin.

Drôle de rêve! Je compris vite que  ce n’en était pas un. Les larmes aux yeux, je courus  vers ma mère. Je  n’en croyais pas mes yeux. Elle était là, elle souriait. « MAMAN OH MAMAN! » J’étais en sanglot. Je ne pouvais y croire. Son visage s’assombrit. « Astra, écoute-moi, dit-elle, ceci est très important. Qu’as-tu offert en échange de ma présence? » Tout  ça était donc vrai… De quoi mère parlait-elle, était-ce possible? « Il y a 18 ans, j’accouchais d’un enfant  mort-né, une petite  fille. Je ne pouvais m’en détacher. Puis, une dame m’apparut. Elle me promit que si je lui offrais ce que j’avais de plus précieux, je passerais 15 années avec l’enfant. » J’étais brisée… ma mère m’avait offert sa vie. « Je ne croyais pas avoir à te dire adieu une seconde fois et pour de bon, dit ma mère en sanglot. J’ai  alors réalisé ce que j’avais de plus précieux, mais il était trop tard. »

Je me réveillai et me brossai les dents, le cégep commençait aujourd’hui. Dans mon appartement, je passai à côté d’une photo de moi et d’une  jolie dame : elle me ressemblait. Peut-être une parente éloignée? Cette photo était nostalgique, pourtant je n’avais aucun souvenir de l’identité de la dame à mes côtés.

 Cynthia-Kimberley Gachette

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 30 septembre 2013 dans Travaux d'élèves

 

Étiquettes :

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :