RSS

Organisateurs textuels et les marqueurs de relation

19 Mai

De façon générale, on juge qu’un texte est cohérent si, en le lisant, on perçoit un suite dans les idées et si on comprend le contenu dans son ensemble. Afin de marquer la progression des idées et les transitions entre chacune; les organisateurs textuels et les marqueurs de relation deviennent utiles, voire essentiels.

LES ORGANISATEURS TEXTUELS

Les organisateurs textuels sont des mots ou des groupes de mots, voire des phrases complètes. Ils servent à faire le lien entre les grandes parties du texte. Voici les quatre grandes catégories de liens que l’on peut établir ainsi que quelques exemples pour chacun.

  • Temps : Les organisateurs textuels qui marquent le temps permettent de faire une progression chronologique, par exemple dans un récit, une description ou une explication. Cela permet de bien suivre les événements, pour s’y retrouver. On peut s’en servir également pour déterminer la durée de l’action.
    • à cette époque / autrefois / auparavant / jadis / en 1900 / il était une fois / à l’avenir / quelques jours plus tard / à dix heures / ce jour-là / l’an prochain / tout à coup / etc.
  • Espace / lieu : Les organisateur textuels qui marquent l’espace permettent de faire une progression spatiale, par exemple dans la narration d’un récit ou dans des explications. La description des lieux devient utile pour bien s’imaginer la situation vécue par les personnes ou les personnages.
    • À côté / devant / en face / à l’intérieur / près de / un peu plus loin / derrière / au coeur de / etc.
  • Ordre : Les organisateurs textuels qui marquent l’ordre permettent de faire une progression par ordre de priorité. Ils sont essentiels par exemple dans une procédure, dans des consignes, pour une explication ou une argumentation. Ils peuvent être employé également dans la description.
    • avant tout / d’abord / à première vue / dans un premier temps / bref / en résumé / pour conclure / etc.
  • Suite / transition : D’autres organisateurs, qui assurent la suite ou la transition entre les parties, peuvent marquer une progression ou les étapes d’un raisonnement. Ils peuvent marquer la continuité des idées, par exemple, du général au particulier, par comparaison ou mise en parallèle, par causes et effets, par problèmes et solutions, par opposition. Ils sont particulièrement employés dans la description, les explications et l’argumentation.
    • à ce sujet / quant à / sur le plan de / en général / à vrai dire / en fait / d’une part… d’autre part / dans un autre ordre d’idée / il faut admettre que / etc.

LES MARQUEURS DE RELATION

Les marqueurs de relation servent à faire des liens dans et entre les phrases. Ce sont des adverbes, des prépositions ou des conjonctions qui, par leur sens, expriment une relation établie entre deux unités. Par exemple, ils pourraient unir deux groupes ou deux phrases coordonnées. Ils pourraient aussi permettre d’enchâsser une subordonnée (unir la proposition subordonnée conjonctive à la proposition principale).

À noter que certains peuvent être utilisé dans plusieurs sens; tout dépend du contexte dans lequel on l’emploie. D’autres sont autant utilisés comme organisateurs textuels afin d’indiquer les grandes partie d’un discours que comme marqueurs de relation lorsqu’ils relient deux phrases ou deux groupes de mots. Voici quelques exemples pour chaque sens que peuvent prendre ces marqueurs :

  • Addition : Un marqueur d’addition permet d’unir des idées qui s’ajoutent les unes aux autres, dans un même sens. Les groupes de mots ainsi reliés jouent généralement le même rôle (sujet, prédicat, complément,…) Attention, on peut additionner seulement des éléments semblables, il faut s’assurer de les utiliser de manière appropriée et efficace afin de bien structurer le texte (respect de la syntaxe).
    • et / de plus / en outre / ainsi que / de même que / etc.
  • But : Un marqueur de but permet d’insérer le but d’une action, d’une parole, d’une idée, d’un projet, d’une événement… en indiquant l’intention de la personne par exemple.
    • pour / afin de / afin que / dans le but de / pour que / etc.
  • Cause / justification : Un marqueur de cause ou de justification vient introduire une explication de quelque chose (événement, action, réaction, effet, émotion, etc.)

    • parce que / car / en effet / puisque que / à cause de / vu ue / en raison de / étant donné que / etc.
  • Choix / restriction : Ce type de marqueurs indique que l’on a un choix à faire, qu’on est restreint à certaines alternatives précises. Il peut aussi indiquer une alternatif qui n’est pas envisageable , qu’on ne doit pas prendre en compte (restriction).
    • ou / ou bien / ou encore / soit… soit / sauf / sauf que / sinon / excepté / etc.
  • Comparaison : Ce type de marqueurs permet d’établir une comparaison entre deux éléments ou plus en les mettant en parallèle. C’est très utile pour expliquer quelque chose ou créer un contraste particulier.
    • comme / de même / autant / plus / moins / aussi / plus que / etc.
  • Condition : Cela indique qu’il existe une condition pour que l’événement, l’action, le sentiment se concrétise. On utilise souvent le verbe au conditionnel dans la deuxième partie de la phrase et l’imparfait de l’indicatif (ou le présent) dans la condition elle-même.

    • si / à condition de / sinon / pourvu que / etc.
  • Conséquence : Ici, on indique les conséquences de quelque chose (événement, action ou geste, parole, idée, émotion, réaction, etc.)
    • ainsi / alors / de sorte que / donc / par conséquent / etc.
  • Explication / précision : Cela vient tout simplement ajouter une précision ou une explication à un élément.

    • c’est pourquoi / comme / c’est-à-dire / soit / à savoir / par exemple / ainsi / autrement dit / surtout / etc.
  • Opposition / concession : Un tel type de marqueur permet d’apporter une idée contraire ou une nuance dans les idées. C’est très utile pour introduire une réfutation par exemple.

    • certes / mais / par contre / cependant / malgré / en revanche / tandis que / alors que / toutefois / etc.
  • Ordre / succession : Ces marqueurs peuvent assurer la continuité, la progression des idées.
    • d’abord / ensuite / puis / après / enfin / bref / etc.
  • Temps : Cela permet de se situer dans le temps, d’assurer la chronologie des événements, d’indiquer la durée de l’action, etc.
    • avant de / après / quand / alors / pendant que / lorsque / au moment où / dès que / avant que / etc.

* Attention! Certaines erreurs sont dues à l’emploi de deux marqueurs ou deux organisateurs ou plus dans une même phrase. Souvent, il vaudrait mieux séparer les éléments en plusieurs phrases indépendantes, isolées. D’autres fois, il faut choisir lequel on retient parce que les deux expressions veulent dire la même chose, donc on se répète. L’expression « comme par exemple » est incorrecte et redondante : il faut choisir entre les deux, soit « comme » soit « par exemple ».

Advertisements
 
51 Commentaires

Publié par le 19 mai 2010 dans Capsules du prof

 

Étiquettes : , , , , , ,

51 réponses à “Organisateurs textuels et les marqueurs de relation

  1. Citron

    15 décembre 2016 at 18:36

    Merci pour tout, cela m’a vraiment beaucoup aidée!

     
  2. julie

    20 novembre 2016 at 20:54

    Pouvez-vous me donner la définition d’un marqueur pour marquer une suite? J’ai besoin de la réponse ce soir.

     
    • Julie Dubé

      21 novembre 2016 at 12:40

      Pour marquer une suite, on parle de marqueur d’addition : ensuite, puis, en outre, de plus, dans un même ordre d’idées, etc.

       
  3. Milou

    30 janvier 2016 at 17:59

    Bonjour je voulais avoir des exmples de marqueurs de relations de séquence. Merci!!

     
    • Julie Dubé

      31 janvier 2016 at 20:50

      Les marqueurs de séquence sont ceux qui permettent d’enchaîner des idées vers une conclusion : d’abord, ensuite, de plus, en outre, finalement, d’une part / d’autre part, dans un même ordre d’idées…

       
  4. Ophélie Gougeon

    18 janvier 2016 at 18:10

    Pouvez-vous me donner des exemples de marqueurs de séquence
    Merci d’avance!!!

     
  5. Lorman

    10 janvier 2015 at 19:54

    Merci bien!

     
  6. jessyka

    25 septembre 2014 at 15:18

    comment expliquer ce qui permet de distinguer un commentaire d’un fait
    Par exemple: Les multinationales et les grands groupes financiers investissent des sommes considérables dans ces manifestations sportives. Ils se servent du sport pour augmenter leurs profits et faire triompher leur idéologie. De plus, ils ont bien souvent l’appui des médias.

    Comment peux t’ont savoir qu’il s’agit d’un commentaire ou un fait???

    Merci

     
  7. xxxpussydestroyerxxx

    27 mars 2014 at 11:18

    Ge de la dit ficulté à fer mes 2voir

     
    • Julie Dubé

      2 avril 2014 at 08:20

      Je suis désolée, je n’aide pas pour les devoirs. Si tu as une questions précises, j’y répondrai si j’en ai le temps. Ma priorité est d’aider mes élèves.

       
  8. souhami

    15 mars 2014 at 13:00

    Quelles sont les marqueurs de relation pour l’introduction d’une conclusion d’un texte argumentatif !?

     
  9. Kevin

    18 février 2014 at 19:57

    Quelles sont les bons marqueurs de relation pour l’introduction d’une histoire fictive( Comme, le premier marqueur de relation du texte)?

     
    • Julie Dubé

      7 mars 2014 at 10:13

      Désolée pour le délai. On ne peut pas vraiment dire qu’il y a de « bons » ou de « mauvais » marqueurs de relation pour introduire une histoire. Cela dépend beaucoup de votre style d’écriture et du ton que vous désirez donner à votre récit. Souvent, le texte narratif est structuré à l’aide de marqueurs et d’organisateurs de temps puisque ce sont des événements, des actions que l’on raconte. C’est d’ailleurs pourquoi les contes commencent régulièrement par « il était une fois… » Le temps est alors imprécis, cela laisse place à l’imagination. L’emploi de marqueurs de lieu peut également être utile. Dans certaines histoires, le narrateur va commencer directement par des actions. Par exemple : « Martin marchait dans la rue comme tous les soirs. Il errait ici et là sans but. Sa vie prenait un tournant vraiment déprimant depuis que sa copine l’avait laissé… » On pourrait aussi indiquer tout de suite une date : « En ce 24 décembre 2045, il faisait froid dans les quartiers défavorisés de New York. » Ou même nommer un jour de semaine, une heure, sans préciser l’époque : « Ce samedi soir était décidément pluvieux, un véritable crachin tombait sur les quelques rares passants qui s’attardaient devant le stade. »

       
  10. Livia

    24 novembre 2013 at 15:23

     » Cella en tête » est-elle un organisateur textuel?

     
    • Julie Dubé

      25 novembre 2013 at 13:13

      Tout à fait, « cela en tête » peut être considéré comme organisateur textuel puisque cette expression permet de créer un lien entre les idées. Le pronom démonstratif « cela » permet de se référer à une idée précédente.

       
  11. mim

    2 octobre 2013 at 17:58

    Merci Julie! Mais pouver vous me donner plus d’exemples pour des organisateurs textuels d’ordre SVP! Merci a l’avance!

     
  12. MissHoran13

    11 septembre 2013 at 16:43

    Dans cette phrase,  »Mais une nuit » est-il un organisateur textuel? : Mais une nuit, la foudre était tombée sur ses bâtiments et avait tout réduit en cendres.
    Merci d’avance! ^^

     
    • Julie Dubé

      11 septembre 2013 at 20:06

      Tout à fait, c’est un indice de temps qui marque la transition entre une situation initiale et l’élément déclencheur ou entre deux péripéties. Certains enseignants souligneraient surtout l’utilisation du « mais » comme marqueur de relation d’opposition. Je crois pour ma part qu’il vaut mieux retenir tout le groupe « Mais une nuit » qui apporte à la fois un changement radical, une situation opposée grâce au « mais », tout en indiquant un temps précis où le changement a lieu.

       
  13. etudian canadien

    6 septembre 2013 at 11:52

    je comprent pas pis le deuve ye tof

     
  14. etudian canadien

    6 septembre 2013 at 11:50

    mais cest quoi un marqueur de relation de supposition

     
    • Julie Dubé

      8 septembre 2013 at 16:46

      Un marqueur de supposition sert à présenter une hypothèse, une idée dont on n’est pas certain mais qu’on suppose vraie. Voici quelques exemples pour marquer l’hypothèse : dans ce cas, dans cette hypothèse, dans l’hypothèse où, dans une telle hypothèse, si, si l’on retient cette hypothèse, si tel est le cas….

       
  15. Andréanne

    21 mai 2013 at 20:20

    j’aime pas les etc. car je ne sais pas quoi mettre d’autre appart ceux-la

     
    • Julie Dubé

      23 mai 2013 at 10:00

      À ce moment-là, regarde dans une grammaire. Tu en trouveras une longue liste qui pourra t’aider à varier tes choix.

       
  16. Nicolas Leclair

    11 mai 2013 at 21:01

    Les explications sont vraiment clair et précis sa m’as beaucoup aidé bravo pour votre implication Julie qu-est-ce que vous avez d’autre site qui donne des explications par exemple en math et en anglais ?

     
    • Julie Dubé

      13 mai 2013 at 19:03

      Merci pour les bons commentaires. Pour les math, j’ai suggéré quelques sites dans le menu de gauche de mon nouveau blogue : Blogue FBC. J’y ai aussi fait quelques capsules sur les bases de math. Pour l’anglais, par contre, je ne l’enseigne pas et j’ignore quels sont les bons sites d’aide. Si je trouve l’info, je vous le ferai savoir.

       
      • Nicolas Leclair

        13 mai 2013 at 19:51

        Parfait c’est bon merci beaucoup Julie !

         
  17. aufy

    10 mai 2013 at 15:11

    merci, j’avais un texte à faire pour le ministère et ça m’a bien aidé

     
  18. Baba

    17 février 2013 at 11:13

     »Pour poursuivre » en est un???

     
    • Julie Dubé

      17 février 2013 at 16:25

      Effectivement, « pour poursuivre » peut être considéré comme étant un organisateur textuel puisque ces mots permettent de faire une transition vers une autre idée dans le même sens. On parle alors d’un rapport d’addition.

       
  19. jeanne BAKINDE

    7 janvier 2013 at 15:46

    j’ai vraiment apprécié car cela m’ adonné des explications d’utilisation des marqueurs de relations.

     
  20. lila

    24 novembre 2012 at 11:57

    merci!!!!!!

     
  21. Catherine St-Laurent

    12 novembre 2012 at 17:30

    Merci!!! =D

     
  22. lalopa

    18 octobre 2012 at 16:52

    je conprend pas:(

     
    • Julie Dubé

      18 octobre 2012 at 19:33

      En fait, les organisateurs textuels et les marqueurs de relation sont des mots ou groupes de mots qui permettent d’organiser ton texte et de te repérer dans le texte d’une autre personne. Par exemple, les marqueurs de temps permettent de suivre la chronologie des événements (ordre dans lequel ils se produisent) et parfois leur durée. C’est très utile pour se situer dans une histoire fictive ou un compte rendu d’événements réels. Voyons un extrait :

      « Ce matin-là, Sam se leva en retard. Il n’eut que dix minutes pour se préparer avant de prendre l’autobus pour l’école. Ce ne sera qu’une heure plus tard, dans son cours de français, qu’il réalisera qu’il a oublié le plus important : la carte qu’il a fabriqué en l’honneur de sa petite amie lors de cette journée de la Saint-Valentin. Catastrophe! Elle lui en voudra toujours de cet oubli! »

      Les indices de temps permettre de suivre les péripéties, peux-tu les repérer ici? Combien de temps dure cet extrait? À quel moment de la journée cela se passe-t-il? Quel jour on est dans cet extrait?

      On peut faire de même dans un texte informatif ou argumentatif où l’on place des marqueurs qui feront le lien entre les idées, si elles s’additionnent ou si elles s’opposent (de sens contraire), si l’une est la conséquence de l’autre, etc. On peut aussi les employer pour indiquer l’ordre dans lequel on les présente et ainsi assurer la continuité dans le texte :

      « D’abord, il ne faut pas oublier que la peine de mort est un crime violent : on assassine quelqu’un tout de même! Ensuite, comment être certain qu’on ne commet pas d’erreur? On a parfois entendu parlé de prisonniers qui ont été libérés après plusieurs années parce que de nouvelles informations ont permis de prouver qu’ils été innocents? Avoir appliqué la peine de mort, on aurait tué une personne non coupable! Alors, je crois que nous ne devrions jamais revenir avec la peine capitale dans notre système de justice. »

      Les mots « d’abord » et « ensuite » indique les arguments que j’apporte et dans quel ordre. « Alors » vient souligner la conclusion à laquelle j’arrive après l’exposition de mes arguments.

      Alors j’espère avoir réussi à t’aider. Sinon, demande à ton enseignant de te soutenir dans cet apprentissage.

       
  23. Kendicha

    28 avril 2012 at 06:26

    Merci pour vous , ça m’a vraiment aidé ! 😀

     
    • Julie Dubé

      28 avril 2012 at 16:02

      Tant mieux, c’est le but visé 🙂 Bonne chance dans tes études!

       
  24. gabriel

    17 avril 2012 at 17:09

    blablabla…

     
  25. salam

    31 mars 2012 at 17:41

    merci

     
  26. bri

    25 janvier 2012 at 13:43

    haha ouai cest dla belle job vous devriez en mettre plus

     
  27. Hanen Saghrouni

    25 décembre 2011 at 04:16

    merci c’est très bénéfique ça ma aider beaucoup

     
  28. alex

    14 novembre 2011 at 21:20

    tres bien fait

     
  29. bob uwfpdbuqnjwcscye

    10 novembre 2011 at 19:17

    Correcte comme site rien d’extrordinaire

     
  30. bob

    28 octobre 2011 at 10:34

    poop

     
    • bob uwfpdbuqnjwcscye

      10 novembre 2011 at 19:18

      très beau message

       
      • aufy

        10 mai 2013 at 15:13

        effectivement

         
  31. fr

    19 avril 2011 at 20:34

    merci ça m’a aidé pour mon travail en français 🙂

     
  32. coz

    1 août 2010 at 16:08

    merci pour l’explication

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :