RSS

Le style d’écriture de l’auteur

07 Avr

Avez-vous souvent lu des histoires, des romans, des poèmes? Lire nous transporte dans des lieux et des temps fort variés. Les auteurs, avec plus ou moins d’adresse, nous font entrer dans l’univers de leurs personnages. Toutefois, chaque auteur possède sa propre manière de colorer ses textes, de les rendre uniques. Si ce n’était pas ainsi, ce serait endormant et très dommage. C’est cette diversité qui permet d’accrocher chaque personne selon ses goûts et ses intérêts. C’est aussi pour cela que nous aimons un auteur en particulier, tout en détestant un autre tout aussi intensément. Bien que le style de l’auteur se démarque particulièrement dans les domaines narratifs et poétiques, d’autres dominantes peuvent utiliser les concepts qui déterminent le style que ce soit pour frapper l’imagination du lecteur, pour illustrer une idée ou tout simplement pour piquer la curiosité.

On peut déterminer le style d’un auteur à partir de trois éléments stylistiques de base :

Ce sont également des notions que nous pouvons nous-mêmes utiliser pour enrichir nos propres œuvres, ce que nous faisons souvent par intuition, c’est-à-dire sans le savoir consciemment, et ce, parfois à nos dépens malheureusement. Prenez le temps d’explorer chacune des catégories. Il est certain que quelques concepts vous paraîtront étranges, ardus à saisir. Ne vous découragez pas trop vite. Prenez le temps d’observer les exemples, d’expérimenter l’utilisation de quelques éléments qui vous semblent les plus compréhensibles et de noter le style des auteurs que vous lisez. Tranquillement, vous saurez distinguer de mieux en mieux les nuances entre chacun. En outre, rien ne vous empêche de poursuivre votre découverte dans des livres, sur d’autres sites web pertinents, etc. Bonne recherche!

Les niveaux (registres) de langue

Pour déterminer à quel registre appartient un extrait ou un texte complet, il est important d’observer quelques caractéristiques essentielles : le vocabulaire utilisé, la structure de phrase (syntaxe), le respect des règles du bon usage, la présence ou l’absence d’anglicismes ou de mots inappropriés, la facilité à comprendre pour des étrangers, etc. On distingue quatre niveaux de langue différents.

Le langage populaire s’écarte de la norme de plusieurs manières. Il ne respecte pas les règles du bon usage et sa syntaxe est incorrecte. Il y a parfois présence d’anglicismes, de mots inappropriés et parfois même grossiers. C’est généralement difficile à comprendre pour les étrangers. Il comprend souvent :

  • des termes impropres (peignure)
  • des termes généralement péjoratifs, dépréciatifs (gnochon)
  • des termes vulgaires
  • des verbes mal conjugués
  • un mauvais emploi du genre et du nombre (la grosse orteil)
  • des contractions de prépositions et d’articles (Lise vient d’es voir.)
  • des sons remplacés par d’autres sons (ménuit)
  • des anglicismes (overtime)

Le langage familier est plus conforme que le langage populaire, mais il reste simple, dans le langage de tous les jours. Il respecte de façon générale les règles du bon parler et la syntaxe. L’emploi de la langue familière rend généralement l’oeuvre plus près de la réalité, de la langue parlée tous les jours qui emploie des termes simples et familiers. Ce registre peut renfermer :

  • parfois des anglicismes
  • des régionalismes (brunante)
  • des mots tronqués (télé, bus, stylo)
  • des redondances (mon père, lui, il connaît ça)
  • la suppression du «ne» dans «ne pas», «ne plus» (ce que j’appelle souvent la «double négation»)

Le langage correct, pour sa part, est beaucoup plus formel, standardisé. C’est ce qu’on appelle souvent le «français international». Il respecte bien les règles de la langue française et sa syntaxe. Son vocabulaire est beaucoup plus précis, quoique toujours assez simple à comprendre, bref un vocabulaire simple, clair et précis.

Enfin, le langage soutenu, qu’on qualifie parfois de littéraire ou recherché, est le niveau le plus élevé et le plus complexe du langage. Il emploie des mots et des expressions recherchées, des figures de style bien choisies ainsi que des tournures de phrases variées et raffinées. Sa syntaxe se fait généralement plus complexe. Ce registre se remarque davantage à l’écrit, dans les œuvres littéraires et dans les textes à caractère officiel. À l’oral, on l’utilise dans les conférences importantes ou dans certaines stations de radio et de télévision.

Les procédés littéraires (narratifs)

Les procédés narratifs sont des manières diverses de raconter une histoire ou pour présenter certains éléments particuliers. En voici les exemples les plus courants.

Les dialogues et les monologues mettent en scène les personnages en les faisant parler. Le dialogue rapporte un échange entre deux ou plusieurs personnages (sous forme de conversation). Le monologue, de son côté, rapporte les paroles d’un seul, c’est une transcription à la première personne d’une suite d’état de conscience que le personnage est censé éprouver (souvent le personnage principal). Il importe ici de bien ponctuer et compléter le tout lorsqu’on les utilise dans un texte : deux-points, guillemets, tiret, saut de ligne, proposition incise, etc. En outre, le temps et la personne des verbes peuvent différer de la narration puisque les dialogues et monologues sont des paroles rapportées fidèlement, directement, telles qu’elles ont été prononcées.

La description et le portrait permettent aux lecteurs d’imaginer, de se représenter les éléments du récit en les amenant à voir, à ressentir, à vivre ce que vivent les personnages. Ils permettent ainsi aux lecteurs de participer plus étroitement à l’intrigue et même la vivre mentalement. La descritption est comme une photographie ou une vidéo qui permet d’observer plus en détail un lieu, une action ou une atmosphère précise. Elle augmente le degré de vraisemblance d’une histoire et lui donne plus crédibilité. Lorsqu’on présente un personnage de cette façon, on parle souvent de faire le portrait physique ou psychologique de ce dernier. Ces procédés sont utiles pour expliquer, préciser, mais ils ralentissent le rythme du récit. Les conteurs utilisent donc des descriptions brèves et accélèrent le rythme du récit en insistant sur les actions.

La narration est un exposé d’une suite de faits, donc c’est une manière de raconter une histoire, un récit. Il faut qu’il y ait des personnages qui effectuent une suite d’actions ou subissent des événements dans un ordre donné. Le narrateur peut être un acteur, un témoin ou absent du récit.

Le type de narrateur est ainsi déterminé puisqu’il est un être imaginé par l’auteur et qu’il sert d’intermédiaire pour raconter l’histoire. S’il est l’un des personnages (principaux ou secondaires) de l’histoire et qu’il participe à l’action, on dit qu’il est un narrateur à l’intérieur du récit : le texte sera écrit à la première personne (je). S’il est le personnage principal, le héros, on parle alors de narrateur sujet ou acteur. S’il est un personnage secondaire, il assiste à l’événement qu’il raconte, mais ce n’est pas à lui que les aventures arrivent. On parle alors de narrateur témoin.

Si, au contraire, on dit que c’est un narrateur extérieur à l’histoire, c’est qu’il est absent du récit et qu’il raconte le tout à la 3e personne (il/ils) : il n’est pas un personnage, donc il ne participe pas à l’action. Bref, le narrateur extérieur est soit un observateur neutre ignorant la vie intime des personnages, soit il est un narrateur omniscient, connaissant tous les personnages.

La digression, pour sa part, vient casser le rythme du récit. Elle intervient souvent dans la chronologie de la narration. La plus courante est le retour en arrière qui permet d’avoir un bref aperçu du passé des personnages. Ce procédé permet d’inverser l’ordre chronologique des événements en racontant d’abord un événement récent puis en revenant aux événements passés. On peut aussi insérer dans le récit l’histoire d’un rêve, une histoire fictive qu’un personnage raconte, l’anticipation d’actions futures, etc.

L’apostrophe est un procédé très bref qui permet d’interpeller la personne à qui l’on parle en la nommant. Elle est souvent utilisée dans les discours rapportés directement (dialogue ou monologue), ce qui fait qu’on s’adresse directement aux personnes ainsi interpellées. Par exemple, je peux dire : «Martin, viens me voir.» Remarquez que l’apostrophe (extrait souligné) est séparée par la virgule et qu’elle n’intervient pas dans l’accord du verbe. Prenons un autre exemple: «Tu le sais, mon ange, pourquoi je te refuse tout.» On voit ici qu’on peut interpeller par le nom propre ou par un groupe nominal qui désigne la personne à qui l’on s’adresse.

L’inversion est aussi un procédé très bref qui consiste à inverser l’ordre des constituants de base de la phrase. L’ordre habituel est : [sujet + verbe + complément]. La construction de la phrase est modifiée lors de l’inversion, ce qui pourrait influencer la ponctuation : [complément, sujet + verbe] ou [complément + verbe + sujet].

L’alternance est le procédé qui consiste à raconter deux ou plusieurs histoires simultanément, en interrompant tantôt l’une, tantôt l’autre, pour la reprendre à l’interruption suivante. On peut ainsi alterner entre l’histoire d’un personnage et celle d’un autre personnage. Parfois on peut aussi alterner entre les événements situés dans un lieu puis dans un autre. Cela permet au lecteur de suivre la progression de chacune des histoires jusqu’à ce qu’elles se croisent… ou non.

L’illustration est l’action d’éclairer, d’illustrer par des exemple ou des explications. Cela permet de mieux comprendre ce dont l’auteur parle.

L’ellipse est l’omission d’un ou plusieurs éléments habituellement présents dans la phrase. Elle consiste donc à supprimer des mots dans une phrase complète sans altérer la clarté du texte. On enlève souvent le verbe, soit dans une phrase nominale (Qu’est-ce que tu as? Mal à la tête.) soit pour éviter de se répéter (Martin choisit le noir et Cathy, le blanc.) Dans le dernier exemple, on doit remplacer le verbe coupé par la virgule.

La suspension est le fait de ne pas terminer une idée de façon à créer un effet ou une atmoshère d’attente, de suspense. On utilise alors les points de suspension en milieu ou à la fin d’une phrase : «Le croupier vit le tricheur s’avancer et…» On peut aussi employer l’ellipse à une ou plusieurs reprises pour produire une grande surprise ou une forte impression chez le lecteur : «Il entendit un bruit. Puis, plus rien. Silence… un long silence suivi d’un bruit énorme d’explosion. Accroupi derrière une machine, il attendait.» On peut aussi varier la longueur des phrases (voir variation de la longueur des phrases).

La répétition consiste à employer plus d’une fois le même mot, la même expression ou la même structure de phrase pour créer un rythme ou une certaine insistance en donner plus d’importance à cet élément : «Elle parlait de celui qui lui avait fait mal, celui qui la traquait jour et nuit, dans ses rêves et dans la réalité, celui qui ne pourrait plus jamais obtenir son pardon.»

La variation dans la longueur des phrases peut aussi être un moyen de créer un effet particulier. Les longues phrases peuvent marquer l’ennui d’un personnage ou permettre de faire de belles descriptions. Des phrases plus courtes sont généralement employées pour les actions. Un auteur pourrait, par exemple, utiliser des phrases de plus en plus courtes pour marquer l’accélération des événements et créer ainsi un effet de suspense.

Les figures de style

Les figures de style sont des expressions que l’on utilise pour créer des images. Cela permet au lecteur de bien s’imaginer la situation, la réaction d’un personnage, l’atmosphère, les événements, une idée, etc. Bref, cela permet d’illustrer des éléments du récit ou du message. Certains procédés littéraires pourraient très bien se retrouver dans cette catégorie (et vice versa) – telles l’ellipse, la suspension, la répétition et l’inversion – lorsque l’auteur désire créer une image par ces procédés.

L’antithèse consiste à présenter dans une phrase deux idées opposées ou à rapprocher deux termes contraires afin de créer un contraste : «un supplice si doux» ou «le clair obscur» en sont de bons exemples.

Le contraste présente concrètement deux choses que l’on met en relief l’une par rapport à l’autre : «du goudron sur la neige». Lorsque les termes ou les idées sont opposées, on parle alors d’antithèse.

Le paradoxe sert à rapprocher des mots incompatibles : «le tricheur avait tout prévu sauf les imprévus».La comparaison sert à souligner les similitudes (ressemblances) entre des éléments (idées, personnes, choses, animaux). Elle se fait au moyen de termes comparatifs – comme, tel, pareil à, semblable à, aussi que, ainsi que, etc. – mais sans changer le sens des mots : «Cette peinture est aussi belle qu’un coucher de soleil.»

La métaphore est une figure de style par laquelle un terme concret devient abstrait, au moyen d’une analogie. Elle est alors une comparaison sous-entendue (sans terme comparatif) : «Le détective remet tous les morceaux en place et réussit à résoudre l’énigme.» Dans cet exemple, on compare les indices récoltés au cours d’une enquête à des morceaux de casse-tête qu’on assemble pour obtenir le résultat final.

L’énumération consiste à utiliser une série de mots ou de groupe de mots de même nature dans une phrase : des noms ou des groupes nominaux, des verbes ou des groupes verbaux, des adjectifs ou des groupes adjectivaux, des adverbes ou des groupes adverbiaux, des subordonnées. Ces mots doivent être séparés par une virgule, sauf lorsqu’on emploie les conjonctions «et», «ou», «ni». Attention à ne pas confondre avec la gradation.

La gradation, pour sa part, est une énumération d’une série de termes ou groupes de même nature en augmentant ou en diminuant l’intensité pour donner plus de force aux mots : «Il devint agressif, acerbe, amer, puis indifférent.» (gradation descendante) ou «C’est ton utilité, ton plaisir, ton caprice.» (gradation ascendante)

L’euphémisme permet d’adoucir une expression jugée trop crue, trop choquante. Il consiste à atténuer ou à déguiser les idées, les pensées déagréables par l’emploi de mots dans un sens autre que leur sens propre. On pourrait ainsi parler de «la disparition de quelqu’un» ou «le départ de quelqu’un» au lieu de dire «la mort de quelqu’un».

L’hyperbole est le contraire de l’euphémisme. Elle consiste à exagérer une idée pour la mettre en évidence et lui donner une plus grande portée. Elle met l’accent sur un aspect d’une chose ou d’un message : «Je vous ai dit mille fois de ne plus tricher.»

L’ironie, de son côté, consiste à dire le contraire de ce qu’on veut exprimer juste pour le plaisir ou pour se moquer : «C’est sûrement pour améliorer le sort de la classe moyenne et des moins nantis que le gouvernement a haussé les taxes cette année.»

La litote est une expression qui en dit moins pour en dire plus : «Allez! Je ne te hais pas.» au lieu de dire «je t’aime toujours».

La périphrase consiste à prendre plus de mots pour dire une idée, c’est-à-dire utiliser un ensemble de mots plus imagés ou descriptifs pour ne désigner qu’une seule réalité, un seul mot : «le roi Soleil» (Louis XIV), «ville lumière» (Paris) ou «la femelle du cheval» (jument).

Le pléonasme estla répétition de la même idée au moyen de mots différents : « monter en haut» ou «descendre en bas».

La personnification est employée lorsqu’on représente une chose inanimé, une idée ou un animal sous les traits d’une personne, en lui donnant un comportement humain par exemple. On la retrouve souvent dans les contes. «La comptine berçait le petit enfant comme les bras de sa mère.» Certains auteurs parleront de prosopée lorsqu’on fait agir une personne morte, une idée, un animal ou une chose inanimée, ou encore leur prêter la parole. Elle accompagne toujours la personnification : «Sam, le chat de ruelle, dansa avec son amie Marion, la marmotte. Ils giguèrent pendant des heures en parlant de leurs projets futurs.»

Commentaire sur le style de l’auteur

Certains exercices tels l’appréciation critique et le compte-rendu de lecture peuvent demander de commenter le style de l’auteur. On doit alors juger de la qualité du style et de la langue employé par cet auteur. Voici quelques questions pour guider votre réflexion et vous aider à juger un texte : 

  • Les procédés narratifs, les figures de style et le niveau de langue utilisés dans le récit rendent-ils l’oeuvre agréable à lire?
  • Le style de l’auteur est-il plutôt descriptif ou narratif? dramatique ou humoristique? réaliste, romantique, dépouillé, désuet, conventionnel, prétentieux, hermétique, accessible, pittoresque, dynamique, vivant, répétitif, redondant, concis ? nébuleux ou limpide? dépouvu de personnalité? etc.
  • Y a-t-il assez, trop ou pas assez de descriptions? Les descriptions des lieux, de l’atmosphère ou des personnages sont-elles suffisamment claires ou élaborées pour vous permettre de bien vous les représenter? Sont-elles au contraire inutilement longues?
  • Le niveau de langue est-il approprié au contexte de l’oeuvre, inutilement choquant ou trop recherché?
  • Y a-t-il peu, suffisamment ou trop de dialogues? Sont-ils réellement utiles?
  • L’auteur fait-il trop de digression qui coupent le fil du récit?
  • Les phrases sont-elles généralement longues, généralement courtes ou de longueurs très variées?
  • Comment qualifier le vocabulaire employé? intéressant ou lassant? inattendu ou prévisible? coloré ou ordinaire? varié ou redondant? vivant ou morne? précis ou ambigü? passionnant ou ennuyeux? riche ou pauvre? fantaisiste ou réaliste? concret ou inaccessible? 
  • Etc.
Publicités
 
23 Commentaires

Publié par le 7 avril 2010 dans Capsules du prof

 

Étiquettes : , , , , ,

23 réponses à “Le style d’écriture de l’auteur

  1. scriptasempermanent

    12 mai 2017 at 13:04

    Merci pour cet article qui va bien aider mes élèves. Juste une remarque : aujourd’hui dans les programmes scolaires, on parle de niveau de langue pour désigner ce que vous nommez registre et le mot registre sert à désigner la tonalité (lyrique, tragique, comique, épique, pathétique,…) Cette notion est d’ailleurs également intéressante pour parler du style d’une œuvre.

     
  2. Hatim HAYOU

    22 janvier 2017 at 15:53

    Merci ,pour ça .En fait j ai un contrôle et je chercha des mots littéreres et des aussi des informations ,mais graçe a vous j ai trouvé mieux ,et encore plus.

     
  3. idy

    13 septembre 2016 at 17:23

    Je ne suis pas français mais je suis francophone et j’aime la langue de Molière avec ce site j’apprends beaucoup

     
    • Julie Dubé

      13 septembre 2016 at 22:26

      Je ne suis pas Française non plus. Je suis une Francophone canadienne, j’habite et enseigne le français dans la province de Québec. Je suis contente que mon site puisse aider, non seulement mes propres élèves, mais également des apprenants partout dans le monde. Notre langue est belle et c’est un plaisir de l’enseigner!

       
      • idy

        16 septembre 2016 at 05:34

        Le plaisir et partager Julie Dube’ je fais du slam aussi j’écris en français et dans les dialectes africaines

         
      • Yvon Ricard

        14 novembre 2016 at 23:12

        Dans la section des procédés littéraires (ci-dessus) vous écrivez ceci: « Des phrases plus courtes sont généralement employer pour les actions » Je vous demanderais svp de corriger la faute grammaticale suivante: « employer’ devrait plutôt s’écrire  » employées ». YvonR Sherbrooke QC

         
      • Julie Dubé

        15 novembre 2016 at 09:21

        Vous avez tout à fait raison, la correction est maintenant faite. Merci!

         
  4. Réal Leboeuf

    3 septembre 2016 at 20:46

    La belle langue que nous partageons partout sur le globe!
    Merci à vous d`abord ainsi qu`à toute personne suffisamment
    amoureuse de celle-çi pour consentir l`effort nécessaire
    à la maitriser au mieux.

     
  5. salim atmani

    3 février 2016 at 12:25

    c’est trés importants merci beaucoup pour vous effort

     
  6. balde

    26 janvier 2016 at 14:52

    je tenais à vous remercier d’avoir pris le temps pour me donne ce que je cherchais pour mon expose. alors encore merci beaucoup.

     
  7. R-P

    17 janvier 2016 at 23:29

    Excellent, merci beaucoup de ce partage enrichissant!

     
  8. catabol

    10 décembre 2015 at 09:49

    merci

     
  9. instaquill

    26 juin 2015 at 10:44

    Merci beaucoup !!

     
  10. Arnav ACU

    8 décembre 2014 at 17:01

    Merci beaucoup pour toutes ces information très pratiques et surtout précise.
    Elle nous ont été d’une grande utilité.
    Arnav ACU

     
  11. wijdane

    20 novembre 2014 at 04:58

    Je voulais vous dire il faut faire des phrases enumeratives qui sont des examples

     
  12. ouangbanga boris vianney

    6 novembre 2014 at 09:24

    Il faut nous donner plus d’info sur les enquête journalistique

     
    • Julie Dubé

      6 novembre 2014 at 12:24

      Je ne travaille pas avec mes élèves sur le sujet des enquêtes journalistiques. Je ne sais pas ce dont vous avez besoin sur le sujet…

       
      • brival

        12 janvier 2015 at 21:21

        chère Madame
        je vous lis depuis la martinique pour mon fils en 4ième. je trouve votre cours super bien fait. je vais le garder précieusement .
        merci beaucoup

         
  13. fofe lemofouet

    31 octobre 2014 at 09:03

    je vous remercie, vous nous rendez un grand service.

     
  14. Cyrine

    24 octobre 2014 at 12:11

    merci pour l’explication 😀

     
  15. Carelle

    9 octobre 2014 at 13:56

    Merrci infiniment d’avoir éclairé ma lanterne

     
  16. Fabienne

    1 octobre 2014 at 15:13

    Je tenais à vous remercier pour avoir pris le temps de nous faire partager les richesses de la langue Française. Nous écrivons, nous parlons mais sans savoir exactement ce que nous faisons.
    Alors encore merci.

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :