RSS

Le choix d’une vie

17 Déc

Ce n’est pas vrai que sans diplôme d’études secondaires nous ne réussirons pas. Par contre, avoir un diplôme en poche nous aidera à atteindre notre but dans la vie. Selon moi, il est impossible de ne jamais regretter l’abandon de l’école car ce bout de papier, si précieux à la recherche d’emploi, nous manquera toute notre vie. Il représente l’aboutissement de notre réussite scolaire. Ce simple bout de papier forgera qui nous serons.

Aujourd’hui, avec le recul, je regrette certains choix. Ces regrets étaient tout au fond de moi en permanence et j’ai appris à vivre avec. Ce manque peut sembler difficile à combler avec les exigences de la vie de tous les jours. Un choix difficile et déchirant à faire s’impose. La vie m’a menée là où je le désirais depuis longtemps. Il faut croire en ses rêves et la vie se charge souvent du reste et ce, même s’ils nous semblent inaccessibles.

Quelles sont ces barrières qui nous semblent si infranchissables? Qui nous empêchent de nous faire confiance et de nous choisir? Car, en fait, si nous n’obtenons pas notre diplôme d’études secondaires, la seule personne à qui nous ferons du tort, c’est nous-mêmes.

Pourtant, je savais que j’avais la capacité de réussir puisque mes notes étaient très bonnes à l’école. Ce n’était pas la raison de mon décrochage scolaire. Dans mon cas, ce fut plutôt l’influence des amies et le peu d’estime que j’avais de moi-même qui m’ont conduit jusque là. J’avais peur de me retrouver sans amies si je persistais dans mes réussites. J’ai donc posé un geste irréfléchi. J’ai laissé tomber au moment le plus important et plutôt que d’avancer vers le secondaire 4, je suis restée en secondaire 3 avec mes amies qui étaient plus jeunes d’un an. Par la suite, ce qui devait arriver arriva, elles ont décroché. Résultat : je me retrouvais seule. Ce que j’avais tant redouté s’était produit. Suite à cet événement, la démotivation est devenue partie intégrante de mon cheminement.

Après plusieurs années de travail physique, j’ai commencé à avoir de gros problèmes de dos. Ce qui fait que j’ai décidé de consulter en chiropratique. Je suis tombée en amour avec ce domaine, j’ai donc décidé d’en faire le mien.

Quoi qu’il en soit, mon parcours fut tout de même réussi malgré ce manque de diplôme. J’ai trouvé ma voie, un domaine dans lequel j’ai réussi à m’accomplir. Je me suis rapidement retrouvée avec une belle réputation dans le milieu chiropratique. Malgré ma belle progression, le vide intérieur ne m’a jamais quitté. Je me disais que ces regrets survenaient trop tard dans ma vie et que je ne pouvais me permettre de revenir en arrière.

Puis, un jour survient le moment où je décide de me choisir! J’ai alors décidé de quitter la sécurité pour l’inconnu. Connaissant ma valeur et ce que je voulais, cette décision de quitter l’emploi pour lequel j’ai donné plusieurs années de ma vie s’est imposée.

Je me suis replacée rapidement et avec de meilleures conditions, ce qui m’a permis d’être plus souvent à la maison avec ma fille. Cet état de bonheur ne dura que quelques mois. Plus le temps avançait, plus la petite voix que j’ai cherché si longtemps à faire taire se manifestait. Et si mon retour était une erreur? Que faire, que décider, quel choix faire pour me sentir en paix avec mon mode de vie? Cette peur sourde grondait en moi, car je devais évaluer toutes les éventualités. Étant seule avec ma fille, je ne pouvais me permettre de faire le mauvais choix. Ce n’était pas facile de prendre le temps de bien choisir mon avenir. Cette décision était cruciale pour notre futur…

C’est avec joie et angoisse que je me suis rendue à l’évidence. J’étais fébrile à l’idée de revenir sur les bancs d’école après plus de 20 ans. Au moment où ma fille de 5 ans vivait sa première rentrée scolaire, c’était à mon tour de préparer la mienne.

C’est dans l’incertitude que se sont déroulées les premières semaines : les difficultés de concentration, l’étonnement de voir que des jeunes adultes dans les cours, la peur de ne pas réussir, l’énorme pression sur mes épaules… la réorganisation de toute une vie! Que de sources de stress pour moi! Je me demandais parfois ce que je faisais là. Puis, c’est l’angoisse des examens qui m’a fait faire de l’insomnie. Un combat parfois difficile mais tellement gratifiant lorsque les premiers résultats se sont manifestés.

Aujourd’hui, à l’aube des vacances de Noël, je fais le bilan de ces premiers mois de dur labeur. Je retrouve une confiance en moi et en mes capacités. Je réussis à trouver ma place au travers de cet environnement généralement réservé aux jeunes.

C’est vers le cégep que je souhaite me diriger en septembre prochain pour devenir technicienne en radiologie. L’incertitude monétaire plane au-dessus de ma tête. Mais si je ne crois pas en mes rêves, personne ne le fera pour moi. La réalisation est à portée de mains et, peu importe l’âge, il faut foncer et retrouver la force de croire en nous. L’encouragement de vos proches et leur fierté de vous voir entreprendre ce dur combat fourniront l’énergie nécessaire pour vous accomplir. Je vous dis donc de foncer et de trouver votre bonheur dans chaque petite réussite.

C’est à 37 ans que je sortirai, DES en poche, avec la fierté de voir le chemin parcouru et prête à entreprendre un nouveau chapitre de ma vie pour y laisser ma trace.

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 17 décembre 2009 dans Travaux d'élèves

 

Étiquettes : ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :