RSS

La structure narrative

02 Déc

La structure narrative est toujours la même, peu importe le type d’histoires que l’on raconte. Tout commence par une situation initiale, comprend un élément déclencheur, un noeud ainsi qu’un dénouement et se termine par une situation finale. Voici les caractéristiques de chacun des éléments.

Situation initiale

C’est la situation de départ, c’est le calme plat, c’est la routine quoi. Elle présente l’atmosphère de départ et autres détails pertinents avant de commencer les péripéties. On doit se poser plusieurs questions : Qui est là au départ? cela se passe-t-il? Quand? Que fait le personnage ou que font les personnages, bref, c’est quoi qui se passe? Comment cela se passe? Pourquoi est-ce ainsi? Sans nécessairement présenter tous ces éléments, il faut généralement répondre aux quatre premières questions, même de manière imprécise. Prenons un exemple…

<< Il était une fois deux jeunes enfants qui vivaient avec leurs parents dans une forêt très étrange. Chaque jour, ils jouaient ensemble dans la cour arrière de leur maison. Le plus vieux, Sam, se montrait très curieux à propos de la forêt des alentours, mais sa mère lui répétait chaque matin qu’il lui était formellement interdit de s’y rendre. Le père, de son côté, refusait tous les soirs, à son retour du travail, de répondre aux nombreuses questions de son fils. Rien de plus n’était nécessaire pour augmenter la curiosité insatiable du jeune garçon téméraire. Sa petite soeur se montrait beaucoup plus raisonnable, elle refusait de l’encourager dans ses plans pour déjouer la surveillance de leur mère afin de s’enfoncer dans les bois comme le rêvait son aîné.>>

Élément déclencheur (ou perturbateur)

L’élément qui déclenche une histoire, c’est ce qui fait qu’il y a un récit ou non à raconter. Ça peut être tout événement (ou action) qui vient perturber le calme du départ, l’équilibre qu’il y avait dans la vie des personnages dans la situation initiale. Ce déséquilibre bouleversera les personnages et les obligera à réagir pour régler la situation. Voici la suite du récit précédent :

<< Un jour, le petit fut surpris : sa mère les laissa seuls, sa sœur et lui, pour aller porter secours à une amie dont il n’avait jamais entendu parler. Elle lui fit promettre de bien s’occuper de Gaby, sa petite sœur, et de ne surtout pas s’approcher de la forêt! Bien sûr, le gamin se dit intérieurement que ce serait une occasion en or pour explorer les bois à son aise… mais il ne voulait pas qu’il arrive quoi que ce soit à sa frangine. Quel dilemme! Il promit à sa mère de bien l’écouter malgré une petite hésitation qui marqua sa réponse.

Tout se passa merveilleusement bien jusqu’à la venue d’un étrange petit bonhomme, une minuscule créature qui sollicita l’aide de Sam en échange de la surveillance de sa sœur. La petite créature, porteuse d’un nom tout aussi étrange que son apparence, Salamanthar, expliqua au garçonnet son problème.

– Allo, petit de l’homme vénéré dans nos bois. Je suis Salamanthar, un élianthar.

– Un élianthar? répéta Sam.

– Oui, un élianthar. Nous sommes des êtres vivants dans la profondeur des arbres, dans leur cœur. Nous avons tous les pouvoirs pour protéger cette forêt avec l’aide de votre père.

– Mon père? répéta de nouveau le petit garçon.

– Eh oui! C’est un grand sorcier de notre monde. Il se promène chaque jour dans les sentiers, nous aidant à repousser les tentatives des alanissons, des créatures maléfiques qui veulent détruire toute beauté sur cette terre. Il prit l’apparence d’un homme voilà fort longtemps pour se cacher aux yeux de nos adversaires.

– Je ne vois pas pourquoi…

– Tuttutut, l’interrompit Salamanthar. Je manque de temps; le temps précieux, précieux pour nous, précieux pour vous.

– Je ne …

– Arrête de parler et écoute-moi attentivement. Tes parents sont prisonniers de nos ennemis. Tu dois aller vite les libérer, tu es le seul à pouvoir pénétrer la tour des Ombres, repère de ton papa. Tu y trouveras la clé pour assurer notre sécurité. >>

Nœud

C’est le déroulement de l’histoire. On y retrouve toutes les actions et réactions qui ponctuent le parcours des personnages jusqu’à ce qu’on trouve une solution. Tout au long de l’intrigue, les personnages vivent un déséquilibre qu’ils cherchent à tout prix à résoudre. Ce noeud comprend tout ce que les personnages pensent, disent ou font en réaction à l’élément perturbateur ainsi que les efforts qu’ils déploient pour résoudre le problème. C’est une suite de rebondissements impliquant le personnage principal et les personnages secondaires qui l’entourent. Poursuivons le récit…

<< L’élanthar expliqua la tâche que devra accomplir le petit humain. Il devra y aller seul, Salamanthar lui assurant qu’il prendra grand soin de Gaby en son absence. Le garçon prépara rapidement un petit baluchon contenant ses plus précieux secrets : un œuf de dragon (il appelle ainsi la petite pierre orangée et luisante qu’il a découvert au pied du grand chêne planté au centre de leur cour), une mèche de cheveux de sa mère qu’elle lui avait donné en lui disant que cela le protégeait ainsi que quelques menus souvenirs de ses jeux avec sa sœur. Il y ajouta un peu de vivres, des vêtements de rechange et son jouet préféré. Il s’engagea ensuite, pour la première fois de sa vie, sur les sentiers sombres de la forêt.

Sam avançait craintivement parmi les branches des arbres qui accrochaient ses vêtements au passage. Il avait l’impression étrange d’une surveillance constante. Il croyait entendre les feuilles bruire et chuchoter à son oreille : << Chhh… chhh… Ne te retourne pas, petit bonhomme, ne te retourne pas, nous protégeons tes pas. Personne ne te suivra, personne ne t’attrapera, mais ne te retourne pas. Chhh… chhh… >> Il continua ainsi pendant quelques heures.

Il arriva soudain devant un chêne semblable à celui qui grandissait dans sa cour, à la maison. Un arbre majestueux, impressionnant : il avait trouvé le signe du repère paternel. Rapidement, il en explora le tronc pour trouver un indice, mais en vain. Découragé, il s’effondra au pied de l’arbre et pleura : << Dès la première épreuve, j’échoue! Je n’arriverai pas à sauver tout le monde. Je suis bien trop petit…>> et il s’endormit au creux du sol, sur un doux tapis de mousse. En rêve, un être de lumière lui montra la voie puis l’encouragea à poursuivre sa route, le temps pressait.

En se réveillant en sursaut, Sam se dit qu’il avait de bien étranges compagnons de route. Il aura de nombreuses questions quand il retrouvera son père, c’est certain. Il prit dans sa main sa pierre de dragon et l’inséra dans un nœud d’une branche singulière qui s’était mystérieusement placée à sa hauteur. Une fente juste assez grande s’ouvrit pour le laisser passer puis elle se referma immédiatement sur son passage. Arrivé dans la grande salle, repère paternel, il trouva sa pierre dans sa poche de son pantalon, l’ouverture s’était refermée derrière lui. Il explora les lieux, trouva tous les objets qui lui seront nécessaires pour sa quête tel que Salamanthar le lui avait dit, puis il entreprit le plus long périple de sa vie en sortant du repère par un tunnel qui devait le mener au-delà des montagnes qui entouraient son monde.

Plusieurs heures et pauses plus tard, le jeune garçon rencontra un être semblable à Salamanthar. Il voulut lui adresser la parole, mais la minuscule créature courut au devant de lui dans le sentier sinueux. Sam s’élança à sa poursuite, tâchant de ne pas la perdre de vue. Il courut tellement et tellement qu’il finit par s’effondrer de fatigue avant d’avoir pu la rattraper. Aussitôt, il fut encerclé par tout un clan de ces élanthars. Il fut pris au piège par un nombre incalculable de ces créatures qui ne lui semblaient plus sympathiques du tout :

– Que se passe-t-il? Pourquoi êtes-vous agressifs? Je viens vous aider…

– Hahaha! s’écria un petit être couvert d’or, le roi peut-être. Tu as vraiment cru aux propos de Salamanthar? Tu es vraiment naïf, mon pauvre. Une chance pour moi qui peut enfin mettre la main sur la source de pouvoir. Remets-moi immédiatement le grimoire, les pierres et la potion de pouvoir que tu devais prendre chez ton père.

– Mais…

– Allez, dépêche-toi. Je dois vite préparer la cérémonie qui fera de moi et de mon peuple les plus féroces guerriers.

– Attendez! Ne peut-on pas négocier? Pourquoi vouloir ainsi dominer?

– Nous sommes toujours les plus petits, les plus faibles. Tous rient de nous, jamais nous ne sommes pris au sérieux. Dès maintenant, cela va changer. Hahaha! >>

Dénouement

Voici le moment tant attendu – l’instant de gloire pour les héros s’il y a lieu – c’est l’action qui permet un retour au calme. C’est à ce moment que les personnages trouvent la solution pour retrouver l’équilibre dans leur vie. Souvent, les choses ont eu le temps de changer…

<< Le jeune n’eut d’autre choix que de remettre les objets tels que demandés… quoiqu’il passa sous silence qu’il avait changé l’apparence des choses grâce à l’esprit de lumière qu’il avait vu dans ses rêves. Ce dernier lui avait transmis le don des apparences. Il put ainsi substituer ses trésors personnels aux objets exigés. Heureusement, les mystérieuses créatures, excitées par leurs futurs pouvoirs, laissèrent aller librement Sam. Il fureta autour du camp et découvrit tous les membres de sa famille, Gaby y comprise, dans une cage suspendue à un arbre. Il demanda l’assistance de ses nouveaux amis, les arbres, et il put, à l’insu de ses adversaires, libérer tout son monde. Discrètement, ils quittèrent rapidement le boisé où ils avaient été retenus.

La famille était enfin toute réunie. Martin, le père, était très fier de son fils, du courage dont il avait fait preuve. Sam lui avait remis ce qui lui appartenait tout en lui expliquant les événements des dernières heures. Le sorcier profita de l’occasion pour transformer les petites créatures maléfiques en des rochers magnifiques. Ensuite, ils retournèrent à leur maison, non sans rencontrer nombre d’amis qui les remercièrent de leur aide. Sam put même rencontrer de réels alanissons qui étaient, vous le devinez sûrement, d’énormes créatures pacifiques. Elles s’occupaient du passage des saisons et elles n’avaient aucunement l’intention de détruire autour d’elles. >>


Situation finale

C’est le moment de boucler la boucle. On annonce ici comment la vie va continuer. C’est maintenant le calme, l’équilibre enfin retrouvé. Elle comprend généralement la conséquence à court et à long terme de l’action du personnages et les indicent qui l’annoncent.

<< C’est ainsi que Sam connut l’histoire de la forêt enchantée. Il put enfin s’y promener un peu chaque jour, sous la protection des arbres centenaires, mais jamais il ne s’éloigna. Il connaissait maintenant les risques et il ne voulut pas faire de mauvaises rencontres. Son père lui racontait chaque soir les gestes qu’il avait fait, des êtres qu’il avait aidés… et Sam apprit ainsi ce que serait sa tâche plus tard; c’était décidé, il deviendrait lui aussi un sorcier protecteur des esprits de la forêt. Déjà il avait les alliés qui lui étaient nécessaires… >>

Bref, une histoire bien construite est un récit qui est pensé à l’avance. Il est important de rédiger son plan avant de se lancer dans la rédaction du texte lui-même. Il est possible que ce dernier évolue en cours d’écriture. C’est certain que c’est un processus actif et évolutif. Mais au moins, on sait vers où on se dirige… ce qui permet d’être plus cohérent. Clique sur les liens ci-bas, soit pour avoir un exemple de plan (celui pour l’histoire ci-contre) soit pour faire ton propre plan.

Exemple de plan

Plan vierge

Enfin, noter que pour le cours FRA-5142 de 5e secondaire, on demande de remplir des fiches préparatoires et un plan avant d’écrire le texte lui-même. Alors voici une version des fiches à remplir à l’ordinateur avant de les imprimer.

Fiches et plan narratifs pour le FRA-5142

Advertisements
 
23 Commentaires

Publié par le 2 décembre 2009 dans Capsules du prof

 

Étiquettes :

23 réponses à “La structure narrative

  1. sabrine

    8 mars 2017 at 15:49

    WTF imagination qui va très loin mais ca va dans l ensemble

     
  2. Abir

    8 janvier 2017 at 07:33

    merci pour les détails

     
  3. Bobby

    6 décembre 2016 at 15:29

    lol

     
  4. imad

    4 décembre 2016 at 14:27

    merci les details

     
  5. shruti

    4 octobre 2016 at 13:47

    merci pour l`explication…. 🙂

     
  6. keysiana

    18 mai 2016 at 12:37

    c`est très bien de lire une belle histoire narratifs

     
  7. kerby previlon

    21 mars 2016 at 16:48

    Je suis ravi de votre explication. Merci infiniment !

     
  8. Stellina

    14 janvier 2016 at 08:54

    Enfin on y comprend les choses et surtout, en toute simplicité ! Merci.

     
  9. benac03

    28 octobre 2015 at 01:23

    je vous avoir dans uns texte comment savoir les éléments perturbateur

     
    • Julie Dubé

      28 octobre 2015 at 12:15

      Une histoire commence généralement par un moment dans la vie quotidienne d’un personnage important de l’histoire, voire le héros principal. On le voit vaquer à ses occupations habituelles. Quand «soudain», un événement vient perturber le déroulement de sa journée : une impulsion lui vient de déroger de sa routine, un ami lui soumet une demande d’aide, il apprend une nouvelle qui vient le chambouler (une maladie, un accident, un gain à la loterie, etc.), il bascule dans un monde parallèle, il est témoin d’événements paranormaux, etc. C’est ce qu’on appelle l’élément «déclencheur» ou «perturbateur». Sans cet événement, il n’y aurait pas d’histoire à conter. C’est à ce moment qu’il y a un déséquilibre dans la vie du personnage qui l’oblige à rechercher une solution.

      Dans un récit, l’auteur utilise souvent des marqueurs de temps particuliers : soudain, tout à coup, un jour, quand il s’en attendait le moins…

       
  10. Jean-Marie NDAYISABA

    20 octobre 2015 at 11:22

    Merci de votre contribution; ça va m’aide dans la professionalisation du F.L.E. en Afrique en général et au Burundi en particulier.

     
  11. Candy Neige

    17 mars 2015 at 10:25

    Merci

     
  12. menyar

    18 janvier 2015 at 07:10

    merci pour votre explication

     
  13. Julie Sanchez

    8 janvier 2015 at 13:34

    mais c quoi exactemen une stucture narrative

     
    • Julie Dubé

      8 janvier 2015 at 15:00

      C’est la structure d’un texte narratif, c’est-à-dire comment on construit une histoire. On y retrouve les différentes parties du récit : la situation initiale, l’élément déclencheur, les péripéties (noeud), le dénouement et la situation finale.

       
  14. kawtar martil

    20 décembre 2014 at 06:37

    merci j’ai bien aimé votre definition

     
  15. souad lahn

    11 novembre 2014 at 15:42

    Mrc pour votre explication . bonne courage

     
  16. Sanae

    23 mars 2014 at 12:41

    Merciii Pour ça 😉

     
  17. Nabila

    12 février 2014 at 16:01

    J’ai Bien Aimé Votre explication de la leçon avançaient encore Bonne Courage

     
  18. sinyorita

    3 février 2014 at 18:17

    hhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh

     
  19. @@loubnahgjhdzferuaz

    3 février 2014 at 18:15

    oui tu bien merci

     
  20. carolanne

    16 septembre 2012 at 06:19

    oui tu as bien raison merci :-)) (I)

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :